Ensemble pour sauvegarder la capacité d’accueil du Centre Hospitalier de Blois

La CGT appelle la population et les hospitaliers à se rassembler devant le porche d’entrée le VENDREDI 16 MARS 2018 de 13H à 14H30 pour refuser les suppressions de lits et de postes.

Suppression de 80 lits et au moins autant en personnels à l’hôpital de Blois.
La direction du Centre Hospitalier de Blois a décidé de supprimer 80 lits et au moins autant de postes de personnels hospitaliers dans le cadre d’une politique libérale de réduction sévère du financement de la sécurité sociale et par répercussion des moyens de financement des hôpitaux publics et du plan régional santé de 2ème génération.
Inacceptable, 11 lits et 14 postes en moins à la maternité.

Dans un premier temps elle cible le service de maternité avec l’intention de fermer 11 lits et de supprimer 14 postes de sage-femme, de puéricultrice, d’infirmière, d’aide-soignante, d’auxiliaire de puériculture. C’est inacceptable. La logique financière et libérale ne peut pas s’imposer.

Ensemble, ripostons.

Il faut au contraire des réponses adaptées pour satisfaire les besoins de santé des populations au plus proche de leurs lieux de vie et de travail. Exigeons un système de santé publique dont le pilier central de sa structuration repose sur l’hôpital public pour garantir à tous une égalité d’accès et de traitement à des soins de qualité, de proximité en toute sécurité.

Rien ne peut justifier l’injustifiable.

Le service de Gynéco-obstétrique du Centre Hospitalier de 35 lits est classé en maternité de niveau 2 B du fait de son nombre annuel d’accouchement, 1500 par an étant le seuil requis, et qu’il est composé d’une unité d’accouchement et d’une unité de néonatalogie avec soins intensifs.
Cette maternité de référence départementale est la seule de niveau 2 B et la plus qualifiée du Loir et Cher. La qualité de compétence de ses personnels médicaux, paramédicaux et administratifs lui a conféré une notoriété qui n’est plus à démontrer.

Le vrai faux prétexte.

Les prétextes avancés par la direction du C.H.BLOIS : une durée d’hospitalisation légèrement supérieure à la moyenne et un nombre d’accouchements en baisse.
Comment la direction peut-elle s’appuyer sur une baisse des accouchements qui revêt un caractère général et national et peut être momentanée ? La polyclinique de BLOIS a subi le même taux de recul de ses accouchements.

La baisse des accouchements ne peut pas être sur une période courte un critère valable pour réduire la capacité d’accueil. La preuve en est faite puisqu’à Orléans la direction du Centre Hospitalier Régional a supprimé 10 lits et 10 postes dans son service de maternité l’année passée parce qu’il y avait eu 30 accouchements de moins par mois.

Bien mal lui en pris puisqu’aujourd’hui les personnels de la maternité d’Orléans ne peuvent plus faire correctement leur travail face à la demande en progression. Depuis trois mois elle a réalisé 300 accouchements de plus dans des conditions dégradées d’accueil et de travail. La sécurité des futures mamans et des bébés ainsi que celle des personnels est lourdement altérée ce qui a entrainé une grève des sages-femmes.

Des conséquences dramatiques.

La fermeture de 11 lits et les suppressions de 14 postes en personnels vont entraîner une diminution de la capacité d’accueil des futures mamans et une dégradation des soins. Une estimation a déjà été faite. La maternité du C.H BLOIS ne pourra plus accueillir de futures accouchées 120 jours par an. Ou iront-elles alors que les services ailleurs sont saturés et que les fermetures de 4 maternités en région Centre Val de Loire sont envisagées par l’Agence Régionale de la Santé ?

L’Union Locale CGT DE Blois avec le syndicat CGT du Centre hospitalier de Blois vous appelle à vous mobiliser :

  • en signant massivement la pétition contre les suppressions de lits et postes (à télécharger ci-dessus).
  • En participant à un rassemblement sur une heure de grève devant le porche d’entrée de l’hôpital de BLOIS le VENDREDI 16 MARS 2018 de 13H à 14H30 avant la tenue d’un comité technique d’établissement extraordinaire sur le devenir de la maternité.
  • En participant à la manifestation du JEUDI 29 MARS 2018 devant la Conférence Régionale de la Santé et de l’Autonomie à Saint JEAN LE BLANC (45)* qui votera le Plan Régional Santé 2.

Ce Plan Régional Santé 2 prévoit :

  • les suppressions de plusieurs centaines de lits et postes en personnels dans les hôpitaux publics de la région Centre Val de Loire;
  • les fermetures de 7 sites et services de médecine;
  • les fermetures de 6 sites et services de chirurgie;
  • les fermetures de 4 maternités.

ENSEMBLE REFUSONS LA CASSE DE NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ !

* Des départs de BLOIS en cars sont organisés; inscrivez-vous auprès de la CGT.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *