La formation initiale remodelée pour le patronat !

Après la réforme du collège initiée par le précédent gouvernement et celle de l’entrée à l’université avec la mise en place de Parcoursup qui, prenant l’excuse de pallier les tirages au sort dans certaines filières sous tension, généralise la sélection à l’entrée de la Licence, le gouvernement projette de finir d’adapter le système éducatif aux volontés du patronat. Ainsi, deux réformes sont en cours : celle du bac et celle de la voie professionnelle.

Encore sous un prétexte fallacieux, « le bac n’est plus adapté à la société d’aujourd’hui, il est archaïque et trop compliqué, il ne signifie plus rien pour les jeunes et leurs familles », le ministre de l’Éducation veut mettre fin aux séries existantes en créant des modules de spécialisation dans deux disciplines ; modules correspondant aux « attendus » (toujours comprendre les « pré-requis » !) des études supérieures.

Avec 40 % de la note en contrôle continu (évaluation en cours d’année) ainsi que la possibilité pour les lycées de proposer un module spécifique, le Bac se transformera en grande partie en « bac maison » dont la valeur dépendra de la réputation de l’établissement. En fonction de leur origine sociale et territoriale, les jeunes n’auraient pas accès aux mêmes lycées et mécaniquement aux mêmes possibilités de poursuites d’études. Des inégalités territoriales et sociales existent déjà : loin de les résorber, ce qui est la mission de l’Éducation, ce projet de réforme va les amplifier. Pour les épreuves écrites, elles auraient lieu au printemps… afin d’être prises en compte pour les réponses des établissements du supérieur dans Parcoursup. Ainsi, même si la CGT ne se satisfaisait pas du système existant qui créait des différences entre les filières, elle ne peut que dénoncer le fait que les élèves devraient se spécialiser et s’orienter précocement vers des poursuites d’études supérieures qu’ils et elles n’ont pas encore eu le temps de construire, l’Éducation nationale abandonnant l’ambition de donner une solide culture commune et générale à toutes et tous, sanctionnée par le baccalauréat, 1er grade universitaire. Cela concernerait aussi les séries de la voie technologique qui, bien que conservées, verraient leur examen rénové de la même manière.

En parallèle, le ministre Blanquer ouvre maintenant des « consultations » (dont on sait la valeur aux yeux du gouvernement qui ignore allègrement, mais sans surprise pour la CGT, les propositions et revendications portées par les organisations syndicales dès lors qu’elles ne vont pas dans le sens de sa vision de transformation de la société) sur l’enseignement professionnel sous statut scolaire en s’appuyant sur le rapport Calvez-Marcon. Ce dernier, avec celui sur l’apprentissage, complète les réformes interprofessionnelles et pose des pistes d’une dérégulation majeure de la formation initiale professionnelle. Il comprend deux axes principaux d’attaques : le développement de l’apprentissage (présenté comme la solution miracle à l’insertion des jeunes, approche totalement dogmatique quand on sait que dans ce mode de formation un jeune sur 5 ne finit pas sa première année et que les filles n’y représentent que 30 % des effectifs) en concurrence avec le scolaire et la substitution des diplômes par les blocs de compétences.

Le développement de la mixité des parcours et des publics transformerait la formation initiale sous statut scolaire en antichambre de l’apprentissage car les élèves pourraient changer de mode de formation à la fin de la 2nde et de la 1ere… Ce qui limiterait les possibilités de poursuite d’études avec l’obligation d’opter dès la fin de 1ere pour un « module d’accompagnement » vers le BTS.

De plus le rapport préconise la systématisation de l’idée très en vogue des « blocs de compétences », censés donner souplesse et adaptabilité aux parcours, alors qu’elle est avant tout une marque du renoncement de L’État de conduire chaque jeune à l’obtention d’un diplôme national, garant d’un niveau général de formation, avant sa sortie du système éducatif.

Ces processus affaiblissent la dimension émancipatrice au sens large de l’Éducation, la sommant de se professionnaliser pour lutter contre le chômage, alors que la CGT rappelle que ce n’est pas la formation qui crée l’emploi. Comme pour le lycée et l’université, la mise en place de blocs de compétences vise à affaiblir la dimension collective des parcours, des certifications et des qualifications, avec la volonté de casse des cadres nationaux des diplômes, ce qui entraîne l’affaiblissement des conventions collectives et des cadres collectifs de négociation.

La CGT défend un autre projet éducatif pour transformer la société avec la mise en place de parcours adaptés aux besoins des élèves et des spécialités, qui peut notamment passer par la création de classes passerelles vers le BTS. Elle revendique des moyens financiers et humains qui permettent à l’ensemble des jeunes de suivre une scolarité obligatoire jusqu’à 18 ans débouchant sur l’acquisition de diplômes nationaux. Si nous ne voulons pas que notre système éducatif dans son entier soit bradé au Capital, c’est tous ensemble que nous devons nous mobiliser pour le rendre émancipateur pour toutes et tous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *