28 juin – Appel commun des organisations syndicales CGT – FO – FSU de Loir et Cher

Toutes et tous ensemble le 28 juin pour reconquérir le progrès social

Depuis son arrivée au pouvoir, la politique du locataire de l’Élysée et de son gouvernement vise à détruire tout notre modèle social pour la seule satisfaction du patronat, des grands groupes et de la finance afin de faire encore et toujours plus de profits.

Ainsi, de la jeunesse jusqu’aux retraité·es, des salarié·es du privé comme du public, l’ensemble du monde du travail subit la casse des droits et garanties collectives, des acquis sociaux dans une logique d’individualisation et de culpabilisation des salarié·es, des retraité·es, des privé·es d’emploi et de la jeunesse.

Après avoir détruit le Code du travail et les conventions collectives, fait les poches des retraité·es tout en s’attaquant au financement de notre Sécurité sociale par le salaire, mis en cause l’accès aux études supérieures pour toutes et tous, Macron et son gouvernement ont décidé de démanteler les services publics et le statut de la Fonction Publique afin de livrer l’ensemble de leurs missions aux appétits financiers des grands groupes privés.

Ainsi, après France Télécom, EDF-GDF, la Poste ou encore Air-France, c’est à la SNCF qu’ils ont décidé de s’attaquer en voulant la privatiser et remettre en cause le statut des cheminot·es, selon les préconisations de la Commission Européenne, avec l’objectif de poursuivre par la destruction de l’intégralité des services publics.

Multipliant les annonces et les provocations, la déclaration d’Emmanuel Macron qui explique qu’on « met trop de pognon » dans les minima sociaux présage de nouvelles attaques graves contre une partie de la population déjà fragilisée et démunie, pendant que ses copains milliardaires se sont vus exonérés de 4,5 milliards d’euros d’Impôts sur la Fortune. Dans le même temps, notre système de retraite, notre Sécurité sociale sont clairement dans le viseur de la voracité financière des banques et assurances.

Face à ces attaques tous azimuts contre tout ce qui est social et solidaire, contre tout ce qui a permis d’élever les conditions de vie et de travail des salarié·es, de faire progresser notre société, il est urgent d’amplifier et de faire converger les mobilisations en cours dans de nombreux secteurs.

Depuis des mois, les personnels pénitentiaires, ceux de la santé, ceux de l’éducation nationale avec les étudiant·es et lycéen·nes, les agent·es de la fonction publique, les salarié·es du commerce, les retraité·es, etc., agissent ensemble pour inverser les choix mortifères et rétrogrades de Macron et de son gouvernement

La lutte unitaire des cheminot·es pour le service public ferroviaire qui reste toujours aussi déterminée malgré la désinformation médiatique, la journée de mobilisation du 22 mai à l’appel de l’ensemble des organisations syndicales, tout comme celle des retraité·es du 14 juin, constituent autant de point d’appui qu’il faut développer pour réorienter les richesses créées par le travail, vers la réponse aux besoins des salarié·es, de la population, vers l’intérêt général.

En Loir & Cher, la bataille engagée par les agent·es des finances publiques pour le maintien des trésoreries de Montrichard et St Aignan, celle des agent·es du CIO, celle des agent·es du Conseil Départemental contre la casse des acquis et pour la défense du service public ou encore celle des agent·es de l’EHPAD des Vaux de Chaume à St Aignan pour l’amélioration des conditions de travail et la qualité des soins et d’accueil des résident·es, appellent à être soutenues par un développement des mobilisations sur tous les lieux de travail et de vie pour la satisfaction des revendications.

En effet, à l’inverse des discours alarmants de Macron et de son gouvernement, du patronat, les salarié·es n’ont jamais créé autant de richesses à l’exemple des 94 milliards d’euros de bénéfices enregistrés par les entreprises du CAC40 en 2017. Rappelons également que les entreprises bénéficient de 220 milliards d’euros par an d’argent public, sous formes d’aides et d’exonérations sociales et fiscales diverses et variées.

Seule la mobilisation imposera d’autres choix. La question est bien l’engagement, la participation de tous les salarié·es, actif·ves, retraité·es, privé·es d’emploi, de la jeunesse dans la mobilisation pour mettre le rapport de force au niveau nécessaire pour gagner une autre répartition des richesses créées pour le progrès social.

Toutes et tous ensemble par l’action collective la plus large, nous pouvons gagner :

  •  une véritable augmentation des salaires, retraites et minima sociaux,
  • le développement de l’emploi stable et qualifié, à temps plein, en CDI dans le privé, sous statut dans le public,
  • le retrait de toutes les réformes régressives, l’arrêt des privatisations en cours,
  • le renforcement des services publics de proximité et de qualité, accessibles à toutes et à tous,
  • le renforcement de notre sécurité sociale solidaire, financée par les cotisations sociales.

Dans cet objectif, les organisations syndicales CGT – FO – FSU de Loir & Cher appellent l’ensemble des salarié·es actif·ves, retraité·es, privé·es d’emploi et la jeunesse à se mobiliser sous toutes les formes, y compris la grève, débrayage, etc., le jeudi 28 juin 2018 et à participer aux manifestations :

                A 10H30 à Romorantin place de la paix,

                A 11H00 à Vendôme au rond-point avenue Ronsard avec un barbecue revendicatif

                A partir de 12H00 à Blois, place de la résistance, avec un barbecue revendicatif, suivi d’une manifestation à 13H30.

Les organisations syndicales signataires tiendront une conférence de presse à 13H00 place de la résistance à Blois.

Ensemble, unis, solidaires et déterminés nous pouvons reconquérir le progrès social.

Fait à Blois le 18/06/2018

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *