14 décembre – Appel commun des organisations syndicales CGT – FSU – Solidaires et FGR/FP de Loir & Cher

LE 14 DÉCEMBRE, AMPLIFIONS, RASSEMBLONS LES MOBILISATIONS POUR LES SALAIRES, LES RETRAITES ET LES MINIMA SOCIAUX, LES SERVICES PUBLICS ET LA SÉCURITÉ SOCIALE.

Le mouvement d’ampleur qui traverse notre pays depuis un mois, traduit la juste colère et la révolte des victimes des décennies de politiques d’austérité et de régressions sociales, accélérées par Macron, que nous avons dénoncé et appelé à combattre.

Dans une large diversité, ce mouvement traduit le ras-le-bol d’une grande masse de salarié·es, de retraité·es et de chômeur·euses qui survivent avec des salaires, retraites et minima sociaux de misère, galèrent au chômage ou dans la précarité, sont étranglés par les augmentations diverses et variées, ne pouvant plus se nourrir, se loger, se vêtir, étant contraints de renoncer à tous loisirs, à se soigner, se chauffer, etc.

Ils sont rejoints par les lycéen·nes et étudiant·es qui se battent pour le droit aux études pour toutes et tous, pour avoir un véritable avenir auxquels le gouvernement répond par la répression aveugle, le gazage et le matraquage des jeunes.

Si le gouvernement surmédiatise les violences, multiplie les obstructions au droit de manifester, les interpellations et gardes à vue massives, c’est pour tenter de faire oublier que la plus grande violence est avant tout, sociale, orchestrée par le gouvernement et le patronat : celle des bas salaires et retraites, celle de la casse et précarisation de l’emploi, celle de la loi Travail, de la hausse de la CSG, des multiples régressions sociales passées et celles à venir, sur les retraites, le système d’indemnisation du chômage ou encore le démantèlement des services publics.

Malgré ces mobilisations, Emmanuel Macron et son gouvernement refusent toujours d’entendre et de comprendre. Dans son allocution télévisée du 11 décembre, alliant menaces répressives, misérabilisme et mea culpa hypocrite, Macron a annoncé des mesures qui relèvent de l’enfumage, tournent le dos aux revendications des salarié·es, des retraité·es et chômeur·euses, de la jeunesse avec toujours la même volonté de protéger, d’exempter le patronat et les plus riches, de répondre aux exigences de revalorisation des salaires, retraites et minima sociaux.

Alors que Macron et son gouvernement sont acculés par la mobilisation, que le patronat baisse la tête en espérant que l’orage passe, c’est le moment d’élargir, d’amplifier la mobilisation par le développement des luttes revendicatives sur chaque lieu de vie et de travail.

C’est bien par la multiplication et le rassemblement de toutes les mobilisations, quelles que soient leur forme et leur couleur, que, toutes et tous ensemble, nous pourrons gagner :

  • Une véritable augmentation du SMIC, des salaires, du point d’indice dans le public, des retraites et minima sociaux de 300 euros.
  • L’indexation des retraites et pensions sur les salaires.
  • Le développement de l’emploi stable et qualifié à temps plein.
  • Le renforcement de notre sécurité sociale solidaire, financée par les cotisations sociales, couvrant l’ensemble des risques à 100 %.
  • Une fiscalité juste, mettant à contribution les hauts revenus pour développer les services publics de qualité et de proximité, garant de la cohésion sociale et à égalité de traitement sur l’ensemble du pays. Le rétablissement immédiat de l’ISF.
  • La suppression de la CSG et la limitation au minimum de la TVA.
  • La baisse immédiate des prix des carburants et la prise en charge des transports par les employeurs.

Alors que se réunira le groupe national de concertation sur le SMIC, les organisations syndicales CGT FSU – Solidaires et FGR/FP appellent toutes et tous les salarié·es à agir sur tous les lieux de travail le 14 décembre, à se mobiliser sous toutes les formes, débrayages, grève, etc., à tenir des piquets de grève dans les entreprises et services, à déposer les revendications à l’employeur, à tenir des assemblées générales pour débattre, décider de la forme et la reconduction de l’action.

Elles appellent les retraité·es, les chômeur·euses, la jeunesse à les rejoindre et à manifester :

  • BLOIS, à partir de 12H00 autour d’un barbecue revendicatif devant le siège du MEDEF, (Vallée Maillard à Blois) suivi d’une manifestation à 14H30 place de la Résistance.
  • ROMORANTIN, à 10H30 place de la Paix.
  • VENDÔME : 10H30 devant le Lycée Ronsard pour rejoindre ensuite le rond-point de Buffalo.

Toutes et tous ensemble, unis, solidaires et déterminés, organisons-nous dans les luttes pour que la colère légitime se transforme en victoire.

appel commun pour le 14 décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *