Tract – Ensemble pour gagner !

11, 16, 19, 20, 21, 24, 27… . On pourrait croire au tirage gagnant du prochain loto..! Mais non, ce sont les prochaines dates de mobilisations de la CGT. «Quoi, encore plein de dates sans qu’on sache pourquoi ! » pourrait-on rétorquer… … Continuer la lecture

Le 11 septembre 2019 : stop à la casse de L’HÔPITAL et des SERVICES PUBLICS !

La pause estivale n’aura pas été une trêve sociale dans les attaques gouvernementales et patronales contre le monde du travail. Alors que la France se voit de nouveau attribuer le titre de championne du monde des dividendes (avec 51 milliards … Continuer la lecture

Pour une inspection du travail au service des travailleur·ses

Avec l’ensemble des syndicats du ministère du travail, la CGT appelait, ce 26 juin à la grève et à une manifestation nationale à Paris, contre le démantèlement du ministère du travail et en défense des revendications suivantes :

* maintien des unités départementales (UD), échelon de proximité des services du ministère du travail et de leurs missions,

* zéro mobilité forcée, notamment dans les services emploi et support,

* arrêt des suppressions d’effectifs et plan massif de recrutement sans attendre pour pourvoir les centaines de postes vacants dans tous les services.

Alors que la ministre du travail supprime les postes vacants et ceux qui le deviennent en raison des mutations des agent·es, l’État entend démanteler les UD pour fondre les missions au sein de directions interministérielles où il sera de plus en plus compliqué pour les salarié·es d’obtenir des réponses à leurs questions ou l’intervention de l’inspection du travail.

Les objectifs sont clairs :

* supprimer des postes de fonctionnaires,

* priver l’inspection du travail de ses moyens en la plaçant sous l’autorité des préfet·es pour toujours mieux protéger les intérêts des patron·nes et soumettre les salarié·es à la loi des entreprises et non plus à celle du Code du Travail ou de ce qu’il en reste,

* soumettre l’ensemble des salarié·es au marché du travail en les rendant employables pour les entreprises à n’importe quel prix et dans n’importe quelles conditions.

Pénicaud justifie sa réforme : « un seul but : une croissance riche en emplois »,  « développer l’entreprise comme vecteur de l’insertion », etc. Pas une seule fois les mots de « salarié·es » ou « travailleur·ses » ne sont prononcés par une ministre qui considère que ses services doivent arrêter de contraindre les entreprises et doivent imposer le retour à l’emploi de salarié·es fainéants.

Comme pour les salarié·es du privé, les agent·es doivent avoir confiance dans l’État pour accompagner celles et ceux dont le poste et/ou le métier disparaîtra. Ces promesses, qu’ont faites Macron, Philippe et consorts aux salarié·es victimes de plans de suppressions d’emplois (« personne ne sera laissé sur le bord de la route… ») ne débouchent que sur la misère, la souffrance et la protection des profits des entreprises sur le dos des salarié·es.

Les agent·es de l’inspection du travail, de l’emploi et de la formation professionnelle s’opposent à la liquidation de leurs postes et de leurs missions au nom de l’équilibre des comptes publics et de la dette publique alors que c’est le patronat sous perfusion publique (CICE : 40 milliards d’euros en 2019, 200 milliards d’exonérations de cotisations sociales, d’aides fiscales diverses et variées financées par nos impôts) qui se gave sur le dos des travailleur·ses dans et hors de l’emploi.

Face à cette entreprise de liquidation de ce qui relève du bien commun (la Fonction publique, les services publics, la sécurité sociale), il est urgent et vital de construire nos luttes dans un cadre plus large et interprofessionnel. C’est pourquoi, la CGT de la DIRECCTE CENTRE a rassemblé plus d’un quart des agent·es de la région à Orléans le 2 juillet pour rejeter les projets en cours et exiger des réponses à leurs revendications avec les organisations interprofessionnelles de la CGT.

Il s’agit de construire dès septembre de nouvelles actions communes avec d’autres secteurs professionnels pour donner la force aux salarié·es, soignant·es, inspecteur·trices du travail, enseignant·es, retraité·es, chômeur·ses de se mobiliser ensemble sur la durée pour défendre leurs droits et exiger la réponse à leurs revendications

 

Grève à la sécu !

La grève nationale du 25 juin des personnels des organismes de sécurité sociale a été suivie à plus de 35 % dans certaines DRSM (50,6 % en Bourgogne France Comté, 49,5 % en Rhône-Alpes). Il atteint 33,7 % pour la DRSM Centre.

Le 4 juin 2019 l’intersyndicale CGT, FO et CFDT a décidé d’appeler l’ensemble des 141 810 salarié·es à se mettre en grève afin d’obliger l’employeur à retirer son projet de nouvelle classification et à ouvrir de véritables négociations. Les Fédérations sont unanimes sur le fait que ces réunions dites de « négociation » sont, en réalité, des réunions d’information qui ne tiennent pas compte des propositions avancées par les organisations syndicales. Dans ce jeu de dupe, l’employeur a cherché à imposer son projet de renforcer l’individualisation des salaires en supprimant les points d’expérience, seule mesure automatique qui permette encore aux salarié·es d’avoir une revalorisation salariale tous les ans.

Alors que la CGT, FO et la CFDT sont favorables aux emplois-repères, dans le projet de l’employeur, ils ne concernent que 65 % des salarié·es. Ainsi, 35 % des emplois sur la nouvelle grille seront à la main des employeurs locaux ce qui accentue les iniquités. 90 % des salarié·es ne bénéficieront d’aucune mesure salariale immédiate. Les OS demandent à l’UCANSS de retirer son projet et d’ouvrir, enfin, une négociation loyale avec un calendrier ouvert et une enveloppe supplémentaire permettant des mesures collectives.

La CGT revendique le maintien et le déplafonnement, sur toute la carrière, des points d’expérience, leur revalorisation à 4 points par an, l’attribution de points de repositionnement pour tous les salarié·es lors de la transposition dans une nouvelle grille, des emplois repères conventionnels et négociés pour l’ensemble des salarié·es, l’attribution de 18 points de compétence à 35 % du personnel chaque année, quel que soit le niveau, avec garantie d’attribution automatique d’un pas de compétence la 3e année si pas de points pendant 2 ans et l’obligation d’utiliser, chaque année, une partie de la RMPP pour augmenter la valeur du point.