Blois – Pour un 1er mai de luttes

Il est urgent pour toutes et tous les salarié·es, retraité·es, chômeurs·euses, jeunes de stopper l’offensive Néo-libérale de Macron, aux ordres du patronat. Macron doit présenter les leçons qu’il tire du «grand débat» qui n’a convaincu, ni les gilets jaunes ni … Continuer la lecture

1er mai – Tract UD

Manifestons toutes et tous ensemble, LE 1er MAI 2019, pour le progrès social, la paix et le désarmement, la solidarité internationale Depuis 1889, le 1er mai est une journée internationale de grève et de manifestations, d’expression des revendications des travailleurs·euses … Continuer la lecture

Défense du bureau de Poste de Mont-près-Chambord

Prise de parole FAPT CGT 41 Votre présence en nombre aujourd’hui démontre l’attachement des populations au service public postal. Ce que la CGT dénonce depuis longtemps continue de s’accélérer, à savoir la casse du service public postal dans le Loir … Continuer la lecture

Mobilisations à la Poste !

Les attaques contre le service public postal se multiplient dans notre département tant au courrier (distribution) qu’au réseau (accueil aux guichets).

La direction met en place des réorganisations au nom de la rentabilité et de la productivité pour pallier, selon elle, la baisse de trafic du courrier. Au prétexte de faire des économies d’échelle sur la location des bâtiments et des véhicules, elle tente de développer les « tournées sacoche ». La réalité, c’est la division du travail et la dégradation des conditions de travail des personnels : les salarié·es en inaptitude sont cantonnés au tri, quand d’autres ne font plus que de la distribution et voient leur tournée et donc leur temps de travail rallongés (avec en plus la perte d’une partie de repos de cycle).

Au réseau, les réorganisations vont s’effectuer dans tout le département. Elles se traduisent par la fermeture de tous les bureaux de poste le lundi (hormis les « bureaux centres » qui voient leurs plages horaires augmenter sans personnel en plus). Au nom de la concurrence libre et non faussée, il ne faudrait pas que la Banque Postale soit ouverte quand les autres banques ne le sont pas !! Quid du service public ?

La CGT dénonce depuis toujours le démantèlement du service public postal. Il se fait au mépris du personnel et de la population. La Poste élabore volontairement toutes les conditions pour faire baisser la fréquentation des bureaux et justifier les réductions d’horaires conduisant à la fermeture. Le dernier exemple en date est celui de Mont-près-Chambord, qui est menacé de fermer tous les après-midis en plus du lundi. Un comité de défense s’est mis en place avec 2200 signatures sur la pétition dénonçant cette fermeture partielle car rien ne la justifie. En effet la fréquentation reste stable. Si cette réorganisation devait aboutir, elle aurait un impact sur l’ensemble des bureaux du secteur (en 1er lieu celui de St Gervais) tant pour la population que pour les salarié·es.

La FAPT CGT défend l’idée d’un service public postal de proximité qui crée du lien social et n’est pas assujetti à l’idée de rentabilité. C’est pourquoi elle appelle à soutenir toutes les actions qui auront lieu pour défendre l’ouverture des bureaux.

 

A CDM l’action syndicale sous le contrôle des salarié·es

Pour les salarié·es de CDM à Montrichard, l’année 2018 a été marquée par le départ de la famille Gaillard et par le rachat de l’entreprise par le groupe ABRISS.

Durant des années de luttes, les travailleur·ses de CDM se sont élevés contre l’arbitraire de la famille Gaillard propriétaire de l’entreprise. Malgré les intimidations, les pressions, les entraves et les discriminations, les salarié·es ont créé leur syndicat CGT pour porter leur voix et défendre collectivement leurs intérêts de classe.

Aussi depuis la création du syndicat, la pratique syndicale mise en œuvre par les camarades a consisté à placer leurs actions sous le contrôle des salarié·es dans le cadre d’assemblées générales régulières des travailleur·ses et en échangeant directement dans les ateliers sur les postes de travail. Ces assemblées générales ont permis aux salarié·es de prendre leur avenir en main en construisant ensemble leurs revendications pour décider démocratiquement des actions collectives proposées par la CGT.

Face à la résistance et aux actions collectives, l’employeur a tenté de punir, d’isoler et discriminer les représentant·es syndicaux : c’est le fonctionnement collectif et la reconnaissance de l’engagement syndical pour la défense des intérêts des salarié·es qui ont conduit aux victoires aux élections professionnelles.

Les batailles engagées ont permis notamment la condamnation de l’employeur par le tribunal correctionnel de Blois pour entrave au fonctionnement du CHSCT c’est-à-dire aux droits des salarié·es de faire entendre leurs voix et d’imposer le respect de leur santé physique et morale.

De nombreux salarié·es ont pu compter sur le syndicat CGT pour obtenir le respect des contrats de travail, des conventions collectives et du code du travail par un employeur délinquant social récidiviste : paiement des salaires, des compléments en cas de maladie, des heures de travail, la non mise en place généralisée des 2×8, soutien des salarié·es dans leurs actions en reconnaissance de maladies professionnelles, etc.

Enfin, l’exercice des prérogatives économiques du comité d’entreprise par les élu·es CGT a permis d’alerter les salariés et les services de l’État sur la gestion catastrophique de l’entreprise par les propriétaires qui n’avaient qu’un objectif : se gaver sur le dos des salarié·es en les maltraitant au point de nuire gravement à leur santé physique, morale et à la qualité des productions.

Les interventions du syndicat CGT avec l’aide de l’Union Locale de Blois, de l’Union Départementale et le soutien de la Fédération CGT du secteur professionnel auprès de la DIRECCTE, du Préfet ont permis le rachat de l’entreprise par la société ABRISS dans le cadre d’un projet industriel garantissant les emplois des travailleur·ses à moyen terme.

Les salarié·es et leur syndicat CGT ne sont pas dupes, c’est parce que les travailleur·ses ont démontré leurs savoirs faire, leur engagement et leurs qualifications que l’entreprise est demeurée viable pour un repreneur qui a mesuré les richesses créées par les salarié·es pour le compte de VUITTON.

Grâce aux luttes victorieuses des travailleur·ses, CDM a retrouvé un avenir parce que les salarié·es ont démontré qu’ils et elles sont les seuls producteur·trices de richesses dans l’entreprise.

Nous savons tous que les intérêts des salarié·es ne sont pas ceux des patron·nes comme VUITTON et consorts. Les combats à mener par les salarié·es avec leur syndicat CGT sont donc nombreux :

  • bataille pour obtenir des droits au service des salarié·es dans le cadre du nouveau CSE,
  • égalité de traitement et augmentation des salaires,
  • reconnaissance des qualifications,
  • organisation du travail, sécurité et conditions de travail.

 

De la naissance à la reconnaissance

Le 1er février 2019, avait lieu les élections professionnelles chez SMEA GEP, situé à la Chaussée St Victor, une entreprise de la filiale d’Alliance Automotive Group.

Ce groupe est implanté en Europe et intervient sur le marché de la pièce automobile. Depuis plus de 2 ans, la section syndicale de la SMEA GEP lutte pour réduire le diktat patronal et tente d’imposer les bases de la démocratie sociale pour faire respecter les droits individuels et collectifs des salarié·es et le droit syndical. Le 14 juillet 2018, une mobilisation devant l’entreprise, à l’initiative de la CGT, avait lieu pour défendre deux salariés victimes d’intimidations, puisque la société avait décidé de les licencier et qu’il a fallu une mobilisation de toutes et tous pour faire reculer la direction.

C’est sur ces bases que s’est développée la section syndicale et que notre camarade Rodolphe, délégué du personnel, a pu créer et emmener une liste CGT lors des élections au Comité Social et Économique (CSE) du 1er février 2019.

La détermination de notre camarade avec les salarié·es de SMEA GEP a permis de faire grandir le rôle que tiendra désormais la CGT dans l’entreprise. Sur un collège ouvrier·e/salarié·e de 60 votant·es, la CGT a obtenu 27 voix et 2 élu·es sur 4 au CSE et pour la première fois une femme est élue dans l’entreprise et sur la liste CGT. Il faut saluer le travail mené par les camarades pour faire reconnaître la nécessité d’un syndicat de lutte dans l’entreprise et les travailleur·ses pour leur clairvoyance. Il faut aussi faire le lien entre les résistances aux attaques patronales et les batailles menées par la CGT dans l’entreprise et ses résultats aux élections.

Si la CGT fait une entrée fracassante au CSE de SMEA GEP, la CFDT est majoritaire dans l’entreprise.

C’est en faisant le lien entre les besoins et les revendications exprimées par les salarié·es et la construction des luttes au sein de l’entreprise, notamment sur la question des salaires, que nous obtiendrons des victoires.

C’est bien dans la lutte que se construit le syndicat !