Congrès de l’Union Syndicale Départementale de la santé et de l’action sociale

Le congrès de l’Union Syndicale Départementale de la santé et de l’action sociale CGT du Loir et Cher s’est déroulé le 26 avril dernier rassemblant 52 congressistes qui représentaient 14 syndicats du département.

Le déroulement des travaux a été ponctué par de nombreuses interventions des camarades venus expliquer les situations vécues par leur syndicat dans leur structure. Le sentiment était pour chacun de rencontrer les mêmes problématiques.

La politique de santé menée par le gouvernement à travers la Loi de modernisation de la santé, en continuité de la Loi Hôpital Patient Santé Territoire (HPST) dite « Bachelot », était au cœur des débats. Dans chaque structure, il a été fait état d’une aggravation des conditions de prise en charge, en toute sécurité, des patients et des résidents liée au manque d’effectifs quasi quotidien dans les services. En effet, le gouvernement a annoncé la suppression de 1600 lits et la suppression de 22 000 postes d’ici 2017. La mise en place des Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) est l’outil qui va permettre d’atteindre cet objectif. Comment espérer dans un tel contexte, une amélioration des conditions de travail pour les soignants et une égalité de soins pour tous les usagers ?  Nous avons tous conclu que cette politique n’avait qu’un but purement économique et allait entraîner des déserts médicaux sans offre de soins. De plus, elle allait avoir un impact plus que néfaste sur les agents de la Fonction Publique Hospitalière modifiant leurs droits et le statut de la FPH. C’est une attaque directe du service public.

La richesse des débats a permis à l’ensemble des syndiqués présents de conclure sur la nécessité de créer un véritable rapport de force en renforçant la vie syndicale, en consolidant les liens entre les syndicats CGT de chaque structure de la santé et de l’action sociale du département et en créant de nouvelles bases syndicales, dans le but de porter les revendications de la CGT et d’élaborer des actions communes pour une politique de santé en réponse aux besoins de la population.

La CGT continuera de porter la revendication d’une sécurité sociale qui rembourse à 100%.

Le congrès s’est clôturé par l’élection de la nouvelle Commission Exécutive composée de 38 membres dont 12 membres de la CE sortante. Un nouveau bureau a également été nommé.

 

 

CGT en Loir et Cher : passons à l’offensive.

L’Union Départementale des syndicats CGT de Loir et Cher a tenu son congrès les 28 et 29 janvier 2016, en présence, notamment, de Nadine Prigent représentante de la Confédération. Cet évènement a permis à plus de 176 délégués, représentant 52 syndicats CGT de notre département, de venir débattre de l’actualité revendicative et de l’organisation de notre syndicat dans une période où les attaques contre le monde du travail ne font que se renforcer sous les coups de boutoir du gouvernement et du Medef.

3 thèmes ont été plus spécifiquement abordés :

1)   La démarche syndicale CGT auprès des salariés pour la construction des revendications et la stratégie de lutte ;

2)   Le rapport aux autres organisations syndicales et le syndicalisme international ;

3)   La démocratie interne à la CGT pour faire vivre l’activité syndicale.

Les débats ont porté sur la nécessité de faire émerger des revendications communes et convergentes entre les salariés, pour réaliser l’unité d’action impérative à la construction du rapport de force qui permettra de répondre aux besoins des populations. Pour ce faire, il faudra renforcer l’activité interprofessionnelle de notre organisation en lien avec les syndicats et les branches professionnelles afin de rendre la CGT plus efficace.

Dans une période dominée par l’idéologie capitaliste, appuyée de toute force par les gouvernements successifs, marquée par la montée des fascismes d’extrême droite et religieux, Hollande et Valls ne se cachent plus pour libéraliser toujours plus l’économie et pour renforcer l’austérité pour la population.

Tout en continuant à renforcer les aides et les exonérations de cotisations sociales des entreprises (dernières en date celles des agriculteurs), et après les lois Macron et Rebsamen, ils veulent achever la destruction du Code du travail avec le projet de loi El Khomri.

En parallèle, en maintenant l’état d’urgence et en l’inscrivant dans la constitution, ils restreignent toujours plus les libertés fondamentales des populations et renforcent la répression à leur encontre.

Mais l’UD CGT 41 ne renoncera pas à l’action syndicale de classe et à la lutte pour la transformation de la société.

Pour défendre les intérêts des salariés, retraités et privés d’emploi, le congrès les appelle à renforcer l’organisation CGT sur les lieux de travail et de vie pour construire des revendications communes et exiger dès à présent :

  • L’arrêt de la casse de l’emploi dans le privé comme dans le public, des délocalisations et fermetures d’entreprises et des suppressions de postes statutaires dans la fonction publique.
  • La réindustrialisation du Loir & Cher par la relocalisation des productions, l’investissement dans la recherche et l’innovation en s’appuyant sur les atouts et savoir-faire des salariés du département.
  • Le renforcement d’une protection sociale solidaire qui réponde à l’ensemble des besoins des populations financée par les richesses issues du travail à travers les cotisations sociales pour une couverture des risques à 100%.
  • La reconquête de véritables services publics de proximité et l’arrêt des emplois précaires non statutaires dans la fonction publique.
  • Des salaires à la hauteur des qualifications reconnues avec un salaire minimum à l’embauche de 2000 € brut, ce qui correspond à une augmentation de 300 à 400 € net exprimée par les salariés avec la poursuite du débat sur le salaire à vie.
  • L’augmentation des pensions sur le même niveau d’un minimum de 2000€ avec un départ à la retraite à 55 ans.
  • La diminution du temps de travail à 32 heures sans baisse de salaire.
  • La 6e semaine de congés payés.
  • L’arrêt de la régression et la conquête de nouveaux droits pour l’ensemble des salariés avec l’exigence de défendre la liberté d’expression, d’action et les droits syndicaux.

L’ensemble de ces revendications passe en premier lieu par la lutte contre le projet de loi El Khomri et la participation massive de toutes et tous aux journées de grève et de manifestations qui s’organiseront dans le département dans ce sens.

 

 

Congrès des 25 et 26 octobre 2012

Le congrès de l’Union Départementale de la CGT Loir et Cher s’est tenu les 25 et 26 octobre derniers. Moment de démocratie interne où sont débattues les orientations portées par l’organisation, il a vu se réunir 160 délégués salariés, retraités et privés d’emploi représentant des syndicats du département.

 

 

Lire la suite