Prise de parole de l’UD CGT 41 au rassemblement du 27 juin 2017 à Blois.

Cher.es ami.es,

Cher.es camarades,

Après avoir élu le Président de la République le 8 mai dernier avec 43% des inscrits, dont une grande majorité en barrage au FN, le patron de la République en marche vient d’obtenir la majorité à l’Assemblée nationale.

Si plus d’un électeur sur deux a fait le choix de s’abstenir, qu’un nombre conséquent a voté blanc ou nul, mettant en cause la crédibilité des députés fraichement élus, il n’empêche que ces députés vont apporter des voix régressives pour le monde du travail, porter la soupe de la régression sociale et du recul de société qu’entend imposer Macron.

Déjà, les lois Macron, Rebsamen, El Khomri ont renforcé le pouvoir du patronat contre l’ensemble du monde du travail.

Macron et son gouvernement veulent aller plus loin. Ils sont déterminés à frapper vite et fort en détruisant le Code du Travail par ordonnances dès cet été afin de tenter d’éviter toutes contestations sociales.

Salaire, Code du travail, Conventions collectives, Institutions représentatives du personnel, plafonnement des indemnités prud’homales, protection sociale, services publics et fonction publique avec l’annonce de 120 000 suppressions d’emploi, assurance chômage, retraites, formation professionnelle sont clairement dans la ligne de mire de l’ex-riche employé de la banque Rothschild.

Ils mettent en place une véritable machine de guerre contre les salariés, les retraités, les privés d’emploi et les jeunes, visant à détruire tous les conquis sociaux gagnés de hautes luttes par le monde du travail.

Aucun doute à avoir, la feuille de route présentée par le 1er ministre le 6 juin dernier est claire et précise.

C’est la fin du Code du travail et des Conventions collectives, reprenant la vieille rengaine du patronat qui rabâche que la législation du travail serait un frein à l’embauche.

Pourtant, une étude de l’INSEE vient de démontrer l’inverse en mettant en avant que le facteur de développement de l’emploi demeure le carnet de commande, ce qui confirme ce que la Cgt affirme depuis longtemps : qu’il faut mettre fin à l’austérité et relancer des grandes commandes publiques et augmenter les salaires.

Les droits et garanties collectives seraient renvoyés à la négociation entreprise par entreprise, sous le chantage à l’emploi permanent, y compris sur le temps de travail et les salaires.

C’est la fusion pour ne pas dire la remise en cause des Institutions Représentatives des Personnels et le contournement des prérogatives de la négociation d’entreprise avec les organisations syndicales, par la mise en place unilatérale de l’employeur d’un référendum en cas d’accord minoritaire à 30%.

C’est la remise en cause du contrat de travail avec l’instauration d’un contrat de gré à gré, comme si les salariés étaient en position, individuellement, d’imposer leur niveau de salaire et leurs conditions de travail.

C’est la volonté d’offrir l’impunité aux patrons voyous avec le plafonnement des indemnités prud’homales. Il n’y aurait plus besoin de ce qu’ils appellent « plan de sauvegarde de l’emploi ».

Il suffirait de provisionner le montant des indemnités et de licencier dans n’importe quelle condition.

Même si on est condamné, ça sera moins cher que de distribuer des primes supra légales, qui permettent de détourner la bataille du maintien de l’emploi, ou de financer des plans de réindustrialisation pipeau.

C’est également le transfert des cotisations maladie et assurance chômage vers la CSG et l’impôt au nom de la préservation de la sacro-sainte compétitivité des entreprises, autrement dit de la rémunération des actionnaires et les salaires des patrons.

En réalité, c’est le début du transfert de notre sécurité sociale solidaire, où chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins, vers un système assuranciel privé, totalement individualisé, ou seuls ceux qui pourront se le payer auront une couverture.

Cela fait 70 ans que le patronat le réclame à cor et à cris, que les banques et assurances l’attendent en trépignant d’impatience.

C’est la volonté affichée de passer une nouvelle étape vers la mise en place du système de retraite par capitalisation qui vient en opposition à notre système de retraite solidaire par répartition.

Sous couvert de combler le fameux déficit public, c’est une nouvelle vague de suppressions d’emplois de fonctionnaires qui est annoncée dans tous les secteurs, donc encore moins d’accès aux soins, à l’hôpital, aux services sociaux, moins de moyens pour l’éducation nationale, etc.

Mais l’annonce du remplacement des fonctionnaires par des contractuels de droit privé confirme la volonté de Macron de répondre aux exigences de Bruxelles, en s’attaquant au statut de la fonction publique et de livrer progressivement à la marchandisation et aux appétits financiers des grands groupes privés l’ensemble des missions de services publics.

Ce que nous promet Macron, c’est l’austérité dans toute sa splendeur et les régressions sociales comme le connaissent actuellement la Grèce et l’Espagne où les baisses de salaires et retraites peuvent atteindre 40%, où le seuil du chômage ne descend plus en dessous de 18%.

L’austérité en Espagne, c’est aussi le transfert des salariés « dits » organiques à la sous-traitance pour ne plus appliquer les conventions collectives, c’est une période d’essai d’un an pour les CDI, les CDI de mission où encore des bons d’achats de 10€ pour se soigner.

Voilà l’avenir que Macron, au service du patronat et de la finance, a programmé pour les salariés et leur famille, pour les générations futures.

Et ce n’est pas le simulacre de concertation que Macron a mis en place qui va changer quoi que ce soit.

Les premières réunions bilatérales, sans surprise, n’ont été que la réaffirmation de ce que l’on sait déjà sur les objectifs et la mise en œuvre de la procédure d’habilitation des ordonnances.

Comme on s’en doutait, il n’y a bien évidemment aucune prise en compte des revendications et propositions de la CGT dans cette tarte à la crème de pseudo dialogue social où tout a déjà été convenu d’avance avec le patronat et les organisations syndicales de compromission comme la CFDT. D’ailleurs, la volonté de Macron de transposer dans la constitution française les mesures d’exception liberticides contenues dans l’état d’urgence pour les transformer en mesures de droit commun permanent, illustre parfaitement sa conception de la démocratie et son respect réel des droits et libertés individuelles.

Face à de telles perspectives de régression sociale, de mise à mort de nos droits et garanties collective, il n’y a pas d’autres alternatives pour les salariés que de construire un processus de luttes au plus haut niveau dans la durée.

En effet, seul le développement, la généralisation des luttes revendicatives sur les lieux de travail et de vie, leur mise en convergence permettront de résister et de gagner de nouvelles conquêtes sociales.

D’ores et déjà, il est annoncé une journée de grève et de manifestation unitaire interprofessionnelle dans la 1ère quinzaine de septembre.

Si nous devons réussir cette journée, nous devons également convaincre les salariés, actifs, retraités et privés d’emploi de la nécessité de s’organiser à la CGT pour être plus forts collectivement pour défendre leurs intérêts et de la nécessité de leur implication massive dans les luttes, qui seule permettra d’imposer d’autres choix.

C’est pourquoi, dans le prolongement de ce rassemblement, la CGT va distribuer du matériel durant tout l’été pour informer les salariés sur les mesures projetées par Macron, mettre en débat ses propositions et revendications sur les salaires, les conditions de travail, la réduction du temps de travail, la sécurité sociale, etc., afin de créer les conditions d’une riposte massive du monde du travail à la rentrée.

Nous pouvons, par ces efforts et ce travail, créer une mobilisation, un rapport de force et des luttes gagnantes pour le progrès social et le changement de société.

Alors bon courage à toutes et à tous, et à bientôt encore plus nombreux dans l’action.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *