Union Locale de Vendôme : prise de parole

Qui est content aujourd’hui ? À part le grand patronat par qui le Medef avoue que le « plan annoncé est globalement ce qu’il avait demandé » Ce plan de 100 milliards est distribué au privé sans contrepartie pour mieux licencier (comme chez Auchan). Aucun centime au public et pourtant on a notre mot à dire : il s’agit de notre argent.

En fait tout ce que Macron nous propose c’est les médecin·es de Molière : « il faut saigner, saigner, saigner »; il faut baisser les impôts, baisser les cotisations, baisser les charges. Cela fait 40 ans que le système politique utilise ces recettes qui ne marchent pas : ils et elles veulent nous faire croire qu’elles marcheraient maintenant. La seule chose qui change c’est qu’aujourd’hui Macron « soulage » le patronat au nom de la souveraineté.

Comment peuvent-ils/elles nous faire croire que l’on peut rapatrier les masques, le textile, alors que les accords TAFTA, CETA et Cie nous lient pieds et mains pour des années si nous ne les dénonçons pas.

S’il suffisait de baisser les impôts du/de la patron·ne pour rapatrier les masques de Chine cela se saurait, d’autant plus que nous avons une usine en Bretagne qui a licencié tous ses salarié·es et que le gouvernement refuse de remettre en marche. Qui peut croire qu’en baissant les cotisations de Sanofi, les actionnaires vont rapatrier les médicaments d’Inde ? Qui peut croire qu’en distribuant du CICE, Valeo va rapatrier ses productions ?

Non il faut revoir la mondialisation. Obliger cette Europe libérale à changer de politique. Comment ?

Mai 68 a augmenté le SMIG de 25 %, 2020 pourrait voir les relocalisations ! Mais pour cela il faut le vouloir. L’histoire ne se reproduit pas mais la grève générale oui ! C’est le seul moyen de faire plier le capitalisme.

La crise du Coronavirus nous frappe de plein fouet, depuis 5 mois l’économie française est touchée en plein cœur. Viendra la crise sociale avec ses milliers de licenciements. Par contre le CAC 40 a versé plus de 37 milliards de dividendes. En France le rapport d’Oxam a clairement déclaré que la pauvreté avait bondi depuis que Macron est au pouvoir.

Pourtant Mr Macron, ce sont les travailleur·ses qui créent les richesses du Medef et celles de la France. Vous avez assassiné le code du travail mais cela ne donnera pas du travail aux salarié·es, cela ne donnera pas du pouvoir d’achat aux retraité·es, ni aux privé·es d’emploi. Cela ne fait qu’augmenter la richesse de vos ami·es du Medef. Avec votre programme de rentrée avec une police de plus en plus violente envers les contestataires, vous balayez avec arrogance, mépris et dédain tout le travail d’Ambroise Croizat et de notre modèle social issu du programme du CNR.

Mais vous ne pouvez pas comprendre que notre objectif est d’assurer le bien-être de toutes et tous, de la naissance à la mort. Vous ne pouvez pas comprendre l’intérêt général puisque votre seul intérêt est de donner plus de dividendes aux actionnaires, plus de richesses au Medef.

Mais que cela ne vous déplaise les gilets jaune battent le pavé le samedi, mais vous préférez donner votre soutien aux manifestant·es biélorusses. Nous la CGT nous continuerons d’occuper la rue pour demain occuper les usines. Nous continuerons à barrer la route à vos politiques dévastatrices. Nous continuerons la désobéissance car il s’agit de notre devoir de désobéir.

Désobéir ne signifie pas que nous sommes des mauvais élèves, des mauvais élu·es, des mauvais travailleur·ses, des mauvais retraité·es, des mauvais chômeur·ses, des mauvais citoyen·nes. Non cela fait de chacun·e de nous des personnes responsables : en ne disant rien, en ne dénonçant pas les inégalités, cela nous rend complice. Nous ne devons pas cautionner votre politique.

Nous appelons l’ensemble des citoyen·nes à porter les revendications suivantes parmi les plus importantes :

  • SMIC à 2000 euros net
  • 32 heures hebdomadaires
  • Relocalisation des biens nécessaires au peuple
  • Retour à ISF
  • Revalorisation des retraites des minima sociaux
  • Stop à la réforme du chômage

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.