14 février : journée d’action dans la santé

Fixé au cœur des mobilisations contre le projet de réforme des retraites, l’Union Syndicale Départementale CGT a relayé l’appel national et appelé à la grève et à la mobilisation, tous les salarié·es de la Santé et de l’Action Sociale, ce 14 février 2020. A 11H30, un barbecue revendicatif organisé par l’UL de Blois rassemblait déjà plus d’une cinquantaine de personnes devant le Centre Hospitalier de Blois. A 14h, un cortège d’environ 150 personnes empruntait l’avenue Maunoury pour réaliser les 3 actions organisées par les professionnel·les de la santé et de l’action sociale.

Devant le Conseil Départemental, nous avons réclamé « De la dignité pour nos enfants, nos ados et nos ainé·es. »  L’absence de moyens alloués aux services de la protection de l’enfance a plongé les professionnel·les dans une situation de recours accrue à des travailleur·ses précaires, à l’impossibilité de se former et d’être présent·es en nombre suffisant pour répondre aux besoins des enfants et de leurs familles. En matière de protection de l’enfance aujourd’hui, on n’agit plus dans l’intérêt de l’enfant mais on colle des rustines. Dans les EHPAD et les services de soins à domicile, les conditions de travail ne cessent de se détériorer. La plupart des salarié·es n’arrivent pas au bout de leur carrière car usés et cassés avant l’âge de départ à la retraite. La réforme des retraites envisagée par Macron supprimerait la catégorie active pour tous les personnels en leur imposant d’exercer jusqu’à 64 ans, voire plus. Pour marquer notre refus de cette nouvelle mesure d’austérité, nous avons décoré les grilles et la pelouse du Conseil Départemental avec des protections urinaires usagées, jouets et biberons.

Devant la DTARS, nous avons dessiné les contours d’hommes et de femmes étendus sur le sol pour représenter les nombreux suicides des professionnel·les de santé et ceux et celles qui sont mort·es dans l’exercice de leur fonction, comme Elodie, une jeune infirmière de psychiatrie assassinée la veille par un patient. La casse des services publics de santé, menée avec la participation active des ARS, a pour conséquence la dégradation de la qualité des soins et de la sécurité sanitaire, à la fois des personnes soignées comme des soignant·es. L’austérité tue la Santé ! Et pour leur rappeler, ô combien, ils et elles ont du sang sur les mains, nous avons lancé des poches de faux sang sur leurs fenêtres.

Pour finir, nous sommes retournés au Centre Hospitalier de Blois, avec des ballons en forme de cœur, pour déclarer notre Amour à l’hôpital public. Toute la population est utilisatrice des services de santé et donc la dimension interprofessionnelle des revendications et des luttes pour la défense de notre santé publique concerne tout le monde. Elle est indissociable de nos luttes pour défendre la sécurité sociale garante de son financement. L’enjeu c’est la garantie d’accès pour tou·tes aux soins, à la prévention, à des retraites décentes. Le statut public des agent·es est le garant du service rendu à la population, à l’hôpital comme dans le médico-social et les EHPAD. La population est attachée à son système public de santé et à la sécurité sociale, dont elle attend qu’elle garantisse une solution de prise en charge de chaque difficulté de la vie, quels que soient les moyens financiers dont on dispose. Nous continuerons de défendre les principes à l’origine de la création de la sécurité sociale : « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins ». C’est dans le hall, cœur de l’hôpital, que nous avons accroché nos ballons en forme de cœur avant de dissoudre la mobilisation.

 

Tract unitaire (CGT, FSU, Solidaires, UNSA Santé) – 14 février 2020 : déclarons notre amour à la Sécu !

Nos organisations le dénoncent depuis plus de 10 semaines déjà : le gouvernement mène une guerre sans merci contre tous nos conquis sociaux, notamment ceux qui touchent à la sécurité sociale. Après l’assurance chômage, la solidarité intra et intergénérationnelle de … Continuer la lecture

Tract – Ensemble pour gagner !

11, 16, 19, 20, 21, 24, 27… . On pourrait croire au tirage gagnant du prochain loto..! Mais non, ce sont les prochaines dates de mobilisations de la CGT. «Quoi, encore plein de dates sans qu’on sache pourquoi ! » pourrait-on rétorquer… … Continuer la lecture

Le 11 septembre 2019 : stop à la casse de L’HÔPITAL et des SERVICES PUBLICS !

La pause estivale n’aura pas été une trêve sociale dans les attaques gouvernementales et patronales contre le monde du travail. Alors que la France se voit de nouveau attribuer le titre de championne du monde des dividendes (avec 51 milliards … Continuer la lecture

3e mobilisation régionale dans la santé, depuis le début de l’année

Au moment où 95 services d’urgences de France et de Navarre entraient en lutte pour revendiquer du personnel supplémentaire afin de faire humainement face à la charge de travail et pour l’arrêt des fermetures de lits et de services dans les hôpitaux publics, la Coordination Régionale des USD du Centre Val de Loire prenait l’initiative d’organiser une journée régionale de grève et d’action, le 04 juin, devant l’Agence Régionale de Santé à Orléans.

Le 25 février dernier, suite au déclenchement d‘une saisine citoyenne grâce à la détermination de la CGT, le CESER (Conseil Économique, Social et Environnemental Régional) publiait un rapport officiel sur la situation des hôpitaux publics en région Centre Val de Loire. Un fait historique en France ! Il fait état de la situation catastrophique dans lesquels se trouvent tous les hôpitaux de la région, mettant en lumière l’épuisement et le mal être du personnel hospitalier et se veut alarmant sur l’avenir quant à l’accès aux soins pour la population. C’est une bataille gagnée pour la CGT mais face à ce gouvernement qui poursuit son cap et son objectif de destruction de nos services publics dont ceux de la santé, il était nécessaire de maintenir la pression. C’est dans cette optique que l’USD CGT 41 a déposé un préavis de grève et appelé tous les syndiqué·es, professionnel·les de santé et les usager·es du Loir et Cher à envahir le parvis de l’ARS.

Dès 07h30, une vingtaine de camarades du Loir et Cher et du Loiret a investi la Cité administrative Coligny pour y installer tables, barnums, sono, barbecue mais surtout des affiches, banderoles et drapeaux CGT tout le long du parking, sous les fenêtres de l’autorité de santé.

Au fur et à mesure de la matinée, le rassemblement a pris de la consistance avec l’arrivée des personnels en lutte au CHU de Tours, aux CH de Pithiviers, de Bourges, Vierzon et des camarades des Unions Locales et Départementales de la Région qui avaient affrété des bus. Au plus fort de la journée, il y avait plus de 400 militant·es dont une trentaine du Loir et Cher à montrer que nous ne lâcherions rien de notre détermination à résister et à combattre les plans de destruction de notre service public de santé organisé par l’ARS, bras armé du ministère de la Santé et de sa Ministre Agnès Buzyn.

L’ambiance, malgré tout très festive, était ponctuée par des interventions des camarades de syndicats en lutte et de slogans tel que « La Santé c’est nous, usagers avec nous ! » L’USD CGT du Loiret avait installé une grande ordonnance sur laquelle tous les syndicats pouvaient inscrire leurs revendications pour un meilleur système de santé. Un bureau de vote était également mis en place. Il s’agissait de voter pour ou contre la suppression des ARS qui nous coûtent « un pognon de dingue » !

La secrétaire de l’USD CGT 45 avait sollicité Christophe Prud’homme, médecin urgentiste militant de la CGT, membre de CE de la fédération Santé et Action Sociale, pour participer à cette journée d’action. Une petite délégation a demandé à être reçue dans le seul but de déposer les revendications de la CGT. A son retour, Christophe Prud’homme a pris le micro pour expliquer l’attitude infâme et méprisante du chef de cabinet de l’ARS à leur égard et surtout pour crier haut et fort les conséquences des politiques de santé mis en place depuis ces vingt dernières années, en particulier les fermetures de services : « C’est gens-là, la Buzyn et toute sa clique, ont du sang sur les mains !! »

Triste réalité, quand on sait que quelques jours plus tôt on apprenait le suicide d’un praticien hospitalier sur son lieu de travail. Cet acte vient grossir le nombre de suicides de professionnel·les de santé depuis ces 3 dernières années, sans que cela fasse sourciller nos autorités de santé. Sombre réalité quand déjà trop de personnes, en 2019, sont mortes faute d’une prise en charge rapide dans un établissement de santé ou encore faute d’avoir les moyens ne serait-ce que financiers d’y accéder.

La journée s’est soldée par le résultat du vote pour la fin des ARS, et par un appel à poursuivre la lutte, partout dans la région Centre Val de Loire et nationalement en venant, à l’appel de l’intersyndicale CGT-FO-Sud Santé et CFE-CGC, manifester le 11 juin devant le ministère de la santé.

Le lien pour consulter le rapport du CESER sur l’état des hôpitaux de la région Centre Val de Loire.

http://ceser.regioncentre.fr/files/live/sites/ceser/files/contributed/espace-public/Rapports/2019/D%c3%a9lib%c3%a9ration%20f%c3%a9vrier%202019%20-%20Saisine%20citoyenne%20H%c3%b4pitaux%20publics.pdf