Éducation : un ministre ne devrait pas dire ça !

L’UD a appelé à participer aux mobilisations de janvier initiées par les syndicats de l’Éducation. Impossible de ne pas répondre aux provocations dogmatiques et au mépris de Blanquer à l’encontre des personnels. Ministre qui en pleine crise sanitaire, alors que la rentrée s’annonçait ingérable, préférait finir ses vacances à Ibiza et présenter de son lieu de villégiature, et sur le site d’un journal payant, le protocole intenable qui serait mis en place dans les écoles et établissements. Et qui à l’annonce de la 1ere journée de grève osait dire « qu’on ne fait pas grève contre un virus ».

En plus, malgré une situation très largement dégradée dans les écoles et les établissements scolaires (classes surchargées, manque de personnels, recours accru aux personnels précaires, burn-out …) et la démonstration par la crise sanitaire de l’impérative nécessité de créer des milliers d’emplois, pour le dernier budget de ce quinquennat, il n’a pas ralenti l’allure du démantèlement et de la suppression des moyens en personnels. Arguant d’une baisse démographique, le ministère va réaliser le triste exploit de ne créer aucun poste dans le 1er degré tout en en supprimant de nouveaux dans le 2nd degré.

La CGT a dénoncé les conditions de cette reprise catastrophique et générant chez les personnels une véritable souffrance. Elle a exigé la distribution immédiate et gratuite de masques chirurgicaux pour l’ensemble des élèves et des personnels et la distribution de masques FFP2 pour celles et ceux qui le souhaitaient, le retour à la possibilité de télétravail pour les personnels administratifs qui le pouvaient et le souhaitaient et la clarification de la gestion des cas contacts et les possibilités d’ASA pour les personnels à risque de formes graves. Elle a aussi condamné ce budget et la répartition des postes qui entraineront une nouvelle profonde dégradation des conditions de travail des personnels et d’études des élèves. Elle a continué d’exiger les créations de postes statutaires qui permettent de répondre aux besoins sans passer par les heures supplémentaires.

 

Oui à la vaccination ! Non au flicage et à la régression sociale !

Depuis un an et demi, le monde entier est bouleversé par la pandémie de Covid19. Cette crise est multiple et a de nombreuses conséquences dans le domaine de la santé en premier lieu mais aussi sur les questions économiques et sociales ainsi que sur le plan de la démocratie.

Elle a mis en lumière les limites et les conséquences désastreuses de décennies de politiques libérales menées pour le seul profit des intérêts capitalistes. Une nouvelle fois, nous mesurons l’acharnement mis en œuvre pour inventer de nouvelles contraintes et de nouvelles diversions afin de masquer les échecs successifs face à la gestion de la pandémie.

Dernière en date : la loi d’extension du passe sanitaire et l’obligation de vaccination.

Malgré la colère qui règne dans le pays des député·es de la majorité présidentielle hors sol ont adopté l’extension du passe sanitaire dans l’activité quotidienne des Français·es (restaurants, bars, cafés, même en terrasse, aux hôpitaux et maisons de retraites, sauf les urgences, aux trains, avions et cars de longue distance), pour les salarié·es travaillant dans les restaurants, cinémas, zoos, etc. pour pouvoir travailler depuis le 1er septembre, et la vaccination obligatoire pour les soignant·es, sapeurs-pompier·es, personnels travaillant en EHPAD et dans les établissements accueillant des personnes en situation de handicap, ainsi que les aides à domicile et les gendarmes.

En cas de défaut de ces obligations les salarié·es ne pourront plus travailler, des suspensions d’activités professionnelles sans solde seront prononcées.

Ne laissons pas le gouvernement créer de manière totalement artificielle deux catégories de citoyen·nes et de salarié·es. La CGT réclame une véritable politique du soin contre cette pandémie, avec une vaccination accessible, égalitaire, éclairée et consentie.

Le passe sanitaire est une remise en cause de nos libertés, et accompagne la casse de nos droits et notamment du code du travail. La suspension du contrat de travail sans paiement de salaire et ainsi que l’impossibilité d’avoir une indemnité est un précédent inacceptable. Cette mesure de chantage à la vaccination plongera ainsi de très nombreuses familles dans des difficultés financières.

Une loi peut être annulée sous la pression des salarié·es et de leurs syndicats à l’exemple de la loi CPE (contrat de première embauche en 2006). Il est de la responsabilité de la CGT et des forces progressistes de continuer à mobiliser dans cette bataille et ne pas laisser la place aux obscurantistes ou aux opportunistes de tous bords.

Portons nos revendications :

  • pour la levée des brevets et la distribution mondiale de vaccins,
  • contre le passe sanitaire, l’obligation vaccinale, pour un accès égalitaire au vaccin, libre et consenti,
  • contre le contrôle social de masse, l’autoritarisme et les lois liberticides,
  • contre les suspensions sanitaires des contrats de travail, pouvant aboutir à des licenciements pour les non vacciné·es,
  • pour des moyens humains et matériels pour l’hôpital public et la santé publique, à hauteur des besoins d’accès aux soins de la population,
  • contre la casse de la Sécu y compris des réformes des retraites et de l’assurance chômage.

 

Covid-19 : fiche d’alerte de la CGT 41

Vous trouverez en pièce jointe une fiche d’alerte créée par l’UD CGT 41 pour nous avertir de toute situation de mise en danger des salarié·es dans les entreprises et les établissements dans cette crise du Covid-19. Elle complète la veille … Continuer la lecture

Communiqué – Aides à domicile en danger !

Les services à la personne (notamment, assistance dans les gestes de la vie quotidienne, ménage, aide à la mobilité, télé assistance) concernent plus de 15 % des foyers dans notre département et plus de 30 % des ménages de plus de 65 … Continuer la lecture

La CGT 41 écrit au préfet

Monsieur le Préfet, Pour des raisons techniques et d’emploi du temps, l’Union Départementale CGT n’a pas été en mesure de participer à la réunion prévue mercredi à 15 heures. C’est la raison pour laquelle nous vous transmettons ce courrier afin … Continuer la lecture

Déclaration de l’UD CGT 41 sur la crise du COVID-19 et la situation des travailleur·ses

Pas « d’union sacrée » de l’UD CGT 41 mais une analyse lucide de la situation ! Au 5e jour de confinement, de mesures de restriction des déplacements et des contacts sociaux suite aux annonces du Président Macron du lundi 16 mars, dans … Continuer la lecture