Tract unitaire 1er mai – Transformer la société : le retour au XIXe siècle n’est pas la solution !

La séquence électorale qui s’est ouverte depuis plusieurs mois maintenant a mis en avant différents projets pour la société de demain. Certains, dans la continuité des politiques ultralibérales des quinquennats précédents ou de stigmatisation d’une partie de la population, sont … Continuer la lecture

Bureau de poste de Blois Vienne : un avenir incertain

Dans sa destruction du service public, La Poste s’est donné comme objectif de fermer de nombreux bureaux de poste sur l’ensemble du territoire.

En 2000 on comptabilisait 17 000 bureaux de poste en France. Il en reste moins de 5 300 en 2020. Le Loir-et-Cher n’est pas épargné par cette destruction.

En effet le retrait du DAB (distributeur automatique de billets) des Favignolles de Romorantin et le projet de la destruction du bâtiment où se situe le bureau de poste, nous laisse craindre que la poste pourrait en profiter pour le remplacer par une APC (agence postale communale) voire un relais commerçant. De toute évidence la CGT FAPT du Loir-Et-Cher sera très vigilante sur le sujet.

Pour poursuivre dans cette voie, la poste souhaite fermer son bureau de Blois Vienne courant avril 2022 et le remplacer par une APC, la mise en place d’un relais poste commerçant ayant échoué faute de volontaires.

Si la poste arrive à ses fins, cela serait une fois de plus des services publics moindres rendus aux usager·es car les services disponibles dans ces points relais n’ont en réalité rien à voir avec ceux d’un vrai bureau de poste. Cela aurait un impact direct sur l’emploi puisque aujourd’hui la position de travail est tenue par un agent de la poste et que demain celle-ci pourrait être tenue par un·e employé·e communal à la charge des contribuables (La Poste ne verse que 1000 euros d’indemnités par mois à la mairie).

La CGT FAPT 41 a d’ores et déjà pris les choses en main afin de dire non à cette fermeture.

Pour cela, nous avons mis à disposition, chez les commerçant·es du quartier, une pétition qui a recueilli à ce jour plus de 1200 signatures ; nous avons également distribué un tract dans chaque boite aux lettres de ce quartier et nous avons donné une interview sur la radio Sweet FM. La CGT FAPT 41 a appelé à un rassemblement devant le bureau de poste de Blois Vienne le samedi 12 mars à 10 h00 afin de dire non à la fermeture et nous avons interpelé la mairie de Blois en envoyant un mail et un courrier au maire et aux élu·es. Pour finir un communiqué de presse est paru dans la Nouvelle République.

Rappelons que sans l’accord de la mairie, il est presque impossible pour La Poste de fermer un bureau de quartier. Heureusement des collectifs d’usager·es se créent. Ils ont déjà permis de stopper la fermeture de nombreux bureaux. Les élu·es municipaux jouent un rôle crucial pour conserver de vrais bureaux de poste.

D’autres actions pourront être prises suivant la mobilisation. Dans tous les cas la CGT FAPT 41 ne laissera pas La Poste une fois de plus détruire notre volonté de développement de véritables services publics qui répondent aux besoins de la population.

 

Quand la santé ne va pas, rien ne va !

Notre système de santé, considéré comme une référence, s’est pratiquement écroulé face à la crise Covid, à cause des restrictions budgétaires subies depuis 30 ans, menées par les gouvernements de droite comme de gauche, dont sont issus une partie des responsables politiques du gouvernement actuel, avec leurs politiques néolibérales.

Cette crise a rappelé à quel point les salaires des personnels de santé en EHPAD, Médecine Chirurgie Obstétrique, psychiatrie, dans le monde du handicap, le social, le médico-social privé, public ou associatif sont piètres et combien leurs conditions de travail sont dégradées. Dans un semblant de prise de conscience, le gouvernement a mis en place le Ségur de la santé qui a conduit à de maigres revalorisations salariales et divisent les professionnel·les de la santé et de l’action sociale par l’exclusion de nombreuses professions et champs professionnels.

 L’USD CGT 41 revendique le dégel du point d’indice et une augmentation de salaire d’au moins 300 € net. Nos exigences portent également sur des mesures à même de répondre humainement et dignement à l’exigence de qualité des soins pour les patient·es, résident·es et usager·es. Le monde d’après tant espéré dans le domaine de la santé et de l’action sociale n’est pas au rendez-vous. La casse se poursuit dans toutes les disciplines. Pas plus de moyens… Les fermetures de services, de lits, de places et de structures de proximité, éloignant les Français·es des lieux de soins et de prise en charge, perdurent. Plus de 5700 lits d’hospitalisation complète ont ainsi été fermés en 2020 et d’autres sont prévus pour les mois à venir. Selon la DREES, en 2020, 20 % de lits ont été fermés à cause du manque de personnels. Sur le CH Blois, cet été, 9 lits de réanimation et 5 en unité de court séjour gériatrique ont été gelés par manque d’effectif paramédical. L’ensemble des personnels de la santé et de l’action sociale est lessivé, épuisé et depuis le 15 septembre, de nombreux professionnel·les sont tombés sous le coup de la mise en application de l’obligation vaccinale. Elles/ils ont été suspendus et financièrement sanctionnés par un gouvernement qui les a pourtant portés aux nues. Suspendus par les mêmes qui, par leur manque de réactivité, les ont laissé travailler dans des conditions déplorables, les mettant en danger. Soyons clair·es, si la CGT est favorable à une vaccination volontaire, ces mesures sont consternantes. Nous n’admettons pas que des collègues soient suspendus sans salaire. Ces mesures créent des tensions inutiles et divisent les professionnel·les. Le penchant de ce gouvernement pour des mesures autoritaires et répressives constituent un problème idéologique pour nombre de militant·es CGT. Éthiquement, l’hôpital public prend un tournant très inquiétant. Ces suspensions s’ajoutent à une hémorragie de personnels épuisés, lassés d’être surexploités, déconsidérés et mal payés aggravant la situation des effectifs dans des établissements déjà à l’os. Il en résulte une sollicitation de plus en plus importante des personnels restants avec de gros Risques Psycho Sociaux. Mais surtout, une perte de sens dans l’accomplissement du travail. Comment parler d’attractivité dans ces conditions ?

Le gouvernement avec les ARS, et les directions à leur botte, vont avec cynisme et opportunisme s’appuyer sur ce constat pour accélérer les réorganisations et fermetures de lits sous prétexte de sécurité des soins et atteindront leurs objectifs de réduire l’offre de santé publique. Le directeur du CH Blois est un bon exemple de « petit soldat » félicité pour sa gestion exemplaire (une centaine de lits fermés en 6 ans !). Et ce n’est pas fini ! De nouveaux projets, dits de « modernisation », vont encore conduire à la perte de lits et postes, en EHPAD notamment.

Plus généralement, le gouvernement actuel et ces sbires utilisent la crise pour accélérer la casse de la sécurité sociale, en fragilisant son financement par les exonérations des cotisations sociales. Il continue d’asphyxier les services publics en organisant la dégradation des conditions de travail et l’accès des usager·es à ces services. Les élections présidentielles et législatives approchent. Il est urgent que les revendications des salarié·es soient au cœur des priorités. Il est inadmissible qu’en 2021, alors que la médecine a fait des progrès considérables, il y ait des pertes de chances pour des patient·es à cause du refus des politiques d’investir massivement pour préserver et améliorer notre service public de santé.

8 avril, journée d’actions et de grève !

Jeudi 8 avril, accompagnant·es des élèves en situation de handicap (AESH), salarié·es de l’énergie, de la santé, du social et du médico-social, des organismes sociaux, des services publics, de la culture, tous et toutes mobilisés et en grève !  Pour la … Continuer la lecture

Quand la santé surnage !

Depuis plus d’un an les hôpitaux font face à la pandémie de Covid-19. Les établissements du département n’ont pas été épargnés. Des clusters ont émergé, surtout dans les EHPAD où le manque criant de protections individuelles couplé aux sous-effectifs ont rendu les premiers mois de 2020 particulièrement difficiles.

Les personnels ont dû, devant un manque d’anticipation de l’État, des ARS et des directions faire avec « les moyens du bord », manquant de masques, de gants, etc. Ils/elles ont dû se protéger avec des sacs poubelle transformés en sur-blouses ou en charlottes (protection pour la tête) et venir travailler avec des gants de ménage achetés par eux et elles. Ces personnels ont été en première ligne d’exposition au virus et sont rentrés chez eux et elles avec l’angoisse et la peur de contaminer leurs proches.

Les interventions de la CGT, partout où elle est présente, ont permis la mise en place de CHSCT extraordinaires dans lesquels les exigences des personnels ont été portées pour tout ce qui touchait à la sécurité et la protection des employé·es et des renforts pour les services les plus touchés ont pu être obtenus.

Les patient·es et surtout les résident·es de EHPAD ont payé un lourd tribut à cette période difficile : isolement, rupture sociale et familiale avec des conséquences dramatiques sur leur état physique et psychologique.

Certes, la situation s’est améliorée sur le plan du matériel, cependant en ce qui concerne les vaccins, fournis par des laboratoires pourtant sous perfusion d’argent public, ils n’arrivent qu’au compte-goutte.

Même si beaucoup de personnels des hôpitaux et des EHPAD ont pu être vaccinés, les usager·es ont beaucoup de mal à avoir accès à ces vaccins. Encore actuellement les prises de rendez-vous sur les plateformes privées du type Doctolib n’aboutissent pas ou que très rarement à cause du manque d’approvisionnement. Nul doute que ces problématiques sont le fruit des négociations menées par l’Union européenne avec les laboratoires, mais aussi de la mainmise de la finance au détriment de l’intérêt général et du bien commun.

 

Gare de Villefranche : guichet à sauver !

Depuis le 25 novembre, une mobilisation s’est engagée pour maintenir ouvert le guichet de la gare de Villefranche sur Cher. Un collectif s’est formé autour de la CGT avec des associations et des partis politiques.

En effet, suite à la fin de la convention signée entre la région Centre Val de Loire et la SNCF, cette dernière avait décidé de fermer le poste de guichetier pour le remplacer par un guichet automatique. C’est une nouvelle attaque contre les services publics de proximité, notamment en milieu rural, qui se profile.

Le collectif réclame au contraire, l’ouverture du guichet du 1er au dernier train, c’est-à-dire de 6h30 à 20h et la pérennité du poste. Grâce aux actions menées, ce dernier a déjà été maintenu jusqu’à janvier 2022 mais la lutte continue pour son maintien définitif.

Par ailleurs, un courrier a été envoyé au Conseil régional ainsi qu’aux député, sénateur et à la communauté de communes pour qu’ils et elle agissent pour soutenir l’action du collectif (la mairie de Villefranche est elle-même dans le collectif). Les parlementaires locaux ont beau jeu de dénoncer la privatisation et la casse des services publics quand ils sont en territoire, alors qu’au niveau national ils votent les lois le permettant.

Des pétitions ont été mises en place pour que les citoyen·nes interpellent la Région et la SNCF qui sont dépositaires de missions de services publics et doivent répondre aux besoins des usager·es. D’autant que le service public de transport ferroviaire doit être renforcé à l’heure où la mobilité des usager·es doit tenir compte des urgences environnementales et sociales.

La CGT appelle à faire signer massivement la pétition en ligne !

D’autres mobilisations sont à venir !