L’action du 6 février 2014

Ce sont une cinquantaine de salariés à Romorantin, près d’une centaine à Vendôme et trois cents à Blois qui ont manifesté à l’appel de la CGT dans le cadre d’une journée nationale de grève et manifestations sur les salaires, l’emploi, la protection sociale et les conditions de travail.

La CGT a dénoncé l’arnaque du coût du travail et le mythe de la compétitivité comme des outils du patronat pour mener l’offensive contre les droits et acquis sociaux des salariés.

Elle s’illustre par le gel, la baisse des salaires, le saccage de l’emploi, le massacre de l’industrie avec les restructurations, délocalisations, fermetures d’entreprises dans l’unique but de satisfaire la voracité des actionnaires, toujours plus avides de profits et de dividendes, comme à Fagor-Brandt, Mory ou Delphi par exemple.

Selon les patrons et les banquiers, le monde du travail serait condamné à de faibles salaires, à l’insécurité sociale, à la précarité de l’emploi, à la dictature des marchés, à l’inexorable régression sociale pendant qu’une minorité de capitalistes se gaverait sur le dos des salariés.

Notre avenir exige d’orienter les choix vers l’intérêt général et le progrès social. La CGT appelle les salariés à se mobiliser partout pour gagner ensemble une augmentation générale des salaires, des retraites d’au moins 400 euros pour tous, un financement à la hauteur des besoins de la protection sociale et des services publics, une relocalisation des productions industrielles.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.