26 janvier : lutte pour l’augmentation des salaires !

Bientôt 6 ans que les salaires de la Fonction Publique sont gelés pour souscrire à la politique d’austérité exigée par l’Union Européenne, que s’empressent d’appliquer les différents gouvernements au pouvoir…

Avec la hausse des cotisations sociales retraites des fonctionnaires sous le fallacieux prétexte d’aligner leur régime à celui du privé, quand les employeurs sont de plus en plus exonérés, les agents voient leur salaire net diminuer tous les ans.

Les prochaines négociations dans la Fonction Publique qui s’ouvriront sur la question des salaires se font sous des auspices toujours aussi néfastes pour les agents. D’autant que le gouvernement ne se prive pas en parallèle d’attaquer le statut de la Fonction Publique à coup de PPCR (Parcours Professionnels Carrières et Rémunérations) qui prévoit la remise en cause de l’avancement d’échelon et l’allongement des carrières et de RIFSEEP (Régime Indemnitaire lié aux Fonctions, aux Sujétions, à l’Expertise et à l’Engagement Professionnel) qui va renforcer l’individualisation des rémunérations par l’instauration de nouvelles primes au mérite.

Dans le secteur privé, les hausses de salaires, normalement négociées lors des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires), ne sont guère plus réjouissantes pour les salariés et le gouvernement n’a augmenté le SMIC que de 0,6% en janvier dernier.

Les accords de compétitivité, au nom du mythe de la sauvegarde de l’emploi, se multiplient, contraignant les salariés à accepter des baisses de salaires ou des augmentations du temps de travail.

Ainsi, les richesses créées par le travail partent de plus en plus dans les dividendes des actionnaires plutôt que dans les salaires et l’investissement.

Ces dividendes ont augmenté de quatre à cinq fois en trente ans pour atteindre 56 milliards en 2014.

C’est dans ce cadre que l’Union Départementale a appelé à élargir la journée d’action prévue dans la Fonction Publique le 26 janvier à l’ensemble de la population pour exiger une véritable hausse des salaires pour répondre aux besoins des salariés et de leurs familles.

Les revendications portaient sur :

⇰  Le dégel et l’augmentation significative du point d’indice dans la Fonction Publique ;

⇰  Une revalorisation des salaires, retraites et minima sociaux de 400€/mois ;

⇰  La hausse du SMIC à 2000€ ;

⇰  Le retrait des réformes régressives sur les collèges, les territoires, la santé et des lois Macron et Rebsamen qui dérèglementent toujours plus le Code du travail, les statuts et dégradent toujours plus les conditions de travail ;

⇰  La défense et le développement des garanties statutaires, des conventions collectives nationales, du droit du travail pour renforcer les droits des salariés et des populations.

 

 

 

Grève interprofessionnelle le 26 janvier 2016

 Tract UD pour le 26 janvier-2 L’Union Départementale CGT appelle les salariés du public et du privé à participer massivement à la journée de grève et de manifestation du mardi 26 janvier 2016 pour revendiquer l’arrêt des réformes rétrogrades (collège, … Lire la suite

Comptoir de maroquinerie, les salarié-e-s s’organisent, luttent et gagnent !

Six mois après les élections professionnelles dans cette entreprise de confection et de maroquinerie (sous traitant des marques comme Vuitton, Hermes…) et où la CGT a recueilli plus de 80% des voix lors de ce scrutin, les nouvelles et nouveaux élu(e)s CGT se sont donnés les moyens de faire reculer le comportement arbitraire et dictatorial de leur direction.
Majoritaire au Comite d’établissement, aux Délégues du Personnel, au Comité d’Hygiène et Sécurité, au Comité Central d’Entreprise, les Délégué(e)s CGT sont bien décidés à ne pas se laisser faire.
Alors qu’il y a obligation pour l’employeur d’organiser les Négociations Annuelles Obligatoires afin de négocier les salaires, les conditions de travail, les postes de travail à créer, la formation, la réduction du temps de travail, enfin tout ce qui touche à la politique sociale et salariale dans l’entreprise, à CDM il a fallu une grève le 25 juin 2015, avec plus de 50% de personnel pendant plus de quatre heures pour que cette direction archaïque accepte de se remettre autour d une table pour écouter les très nombreuses revendications.
A ce jour rien n’est arrêté en matière d’augmentations de salaires…. et sur cette question comme sur beaucoup d’autres la lutte continue avec les salariées mobilisées afin d’obtenir de réelles avancées salariales et sociales.
Respecter la convention collective, le code du travail et mettre fin à la politique des bas salaires voila quelques revendications que les élu(e)s CGT exigent de voir aboutir rapidement.
Sur les conditions de travail et pendant la période caniculaire de juillet, c’est l’intervention des élu(e)s CGT du comité d’hygiène de sécurité et des conditions de travail (C.H.S.C.T), avec le soutien de l’inspecteur du travail et des salariées mobilisées, que la direction a été contrainte d’aménager les horaires de travail et de distribuer des bouteilles d’eau au personnel.
Plus récemment et compte tenu de l’obstination de cette Direction butée à ne pas vouloir communiquer les documents financiers et économiques aux élu(e)s CGT du comité central d’entreprise (C.C.E), un vote unanime de cette instance a permis au C.C.E de se faire assister par un expert comptable.
L’information et la consultation régulière du personnel sur les deux sites de Montrichard et sur celui de Monthou sur Cher permettent aux salarié(e)s de donner leur avis et leurs nombreuses revendications dans cette entreprise où avant les élections c’était la loi du « travaille et tais toi ! »  .
Depuis seulement 6 mois et fort de ces expériences de luttes et mobilisations du personnel qui a trouvé dans les élu(e)s CGT des soutiens et des portes paroles de leurs revendications, la délégation CGT continue de réunir, débattre, mobiliser, syndiquer les salarié(e)s en leur expliquant que c’est LE NOMBRE DE SYNDIQUE(E)S QUI FAIT LA FORCE POUR GAGNER.
Ce sont bien les actions revendicatives concertées, organisées par le syndicat CGT, fort de son nombre de salarié(e)s syndiqué(e)s, qui permettent de nouvelles conquêtes sociales.

8 octobre, contre l’austérité!

AUGMENTATION GÉNÉRALE des SALAIRES, des MINIMA SOCIAUX et des RETRAITES, RELOCALISATION des PRODUCTIONS et du TRAVAIL ENSEMBLE LE JEUDI 8 OCTOBRE 2015 PAR LA GREVE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL ET LES MANIFESTATIONS POUR LES REVENDICATIONS 10h30 à la sous-préfecture … Lire la suite

25 juin: grève et manifestation pour l’augmentation des salaires, retraites, minima sociaux

Le 25 juin, la CGT appelle à une journée de grève et de manifestation à 14h30 devant la préfecture pour une hausse générale des salaires, des retraites et des minima sociaux. La hausse des salaires c’est : VIVRE DIGNEMENT, + … Lire la suite