La CGT confirmée comme première organisation syndicale dans la Fonction publique à l’issue des élections professionnelles du 4 Décembre 2014

Dans la Fonction Publique d’Etat :

Education nationale :

A la Commission Technique Spéciale Départementale, la CGT progresse et passe de 5,88% à 6,91% à la 3ème place à égalité avec le SGEN CFDT et FO ; la FSU reste 1ère avec un recul de 60,24% à 55,92% ; 2ème l’UNSA passe de 13,93% à 15,51%.

D’autre part, la CGT maintient ses trois élus à la commission administrative paritaire académique (CAPA) des professeurs de lycée professionnel et obtient un poste à la commission consultative paritaire des personnels surveillants.

Pour la première fois, la CGT a été en capacité de présenter une liste à la CAPA agrégé d’Orléans-Tours et à la CAPA des adjoints administratifs.

Les finances :

Elections_financesLa Poste :

Elections_posteOrange :

Elections_orangeUnité territoriale de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi :

Elections_unité territorialeDans la Fonction Publique Territoriale :

 Elections_FPTRésultats totaux des 17 collectivités territoriales dont les quelques 8 400 agents étaient appelés à élire leurs représentants aux comités techniques. La CGT recule sur la Mairie de Blois, elle passe de 32% à 17% au Centre de Gestion Départemental où deux listes de plus étaient en présence par rapport au dernier scrutin ; par contre, la CGT progresse sur la municipalité de Vendôme et prend la majorité à la Mairie de Montoire avec 63,18% alors qu’elle se présentait pour la première fois. Au Conseil Général , la CGT progresse de 10,8% et obtient la majorité absolue avec 50% des votes !

Dans la Fonction Publique Hospitalière :

Elections_FPH Les 6 261 agents de la fonction publique hospitalière de Loir et Cher de 27 établissements : Centres hospitaliers, établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD), centres de l’action sociale relevant de la F.P.H étaient sollicités pour élire leurs représentants aux comités techniques d’établissements.

La CGT conforte sa première place avec 45,42% des suffrages dans les établissements publics de santé et de l’action sociale du Loir et Cher relevant de la fonction publique hospitalière.

Sur plus d’un tiers des établissements de la fonction publique hospitalière du département la CGT a la majorité absolue : Centre hospitalier de Vendôme avec 73,21% ; Centre hospitalier de Romorantin 58,48% ; Centre hospitalier de Montoire 53,68% ; EHPAD de Salbris ; EHPAD de Morée 60% ; EHPAD de Savigny sur Braye 64,7% ainsi que les EHPAD de Mer, Saint Laurent Nouan et Châtres sur Cher où la CGT était la seule à présenter une liste.

 A l’issue de ce scrutin du 4 décembre 2014, malgré un recul des suffrages en sa faveur sur les trois fonctions publiques, la CGT confirme sa première place d’organisation syndicale représentative des personnels de la fonction publique. La CGT va mettre ce poids électoral à disposition des luttes revendicatives pour l’amélioration des conditions de travail et de vie et la défense d’une fonction publique renforcée, plus proche des populations pour assurer une égalité d’accès et de réponses adaptées aux besoins fondamentaux des citoyens.

 

 

 

 

Agir Ensemble décembre 2014

Dossier revendicatif : la sécu, c’est vital!

SOMMAIRE

P.1 : Edito

P.2Elections MSA, pour une protection sociale répondant aux besoins des assurés sociaux.

P.2 : Philips à Lamotte Beuvron, des licenciements sur fond de CICE

P.3 La Sécu, un héritage du passé pour un projet d’avenir : repères sur l’histoire de la sécurité sociale en France

P.4 : Le système de sécurité sociale français depuis le « plan » de 1945 évolue au rythme des luttes et des rapports de force

P.4 : Le patronat s’attaque à la partie socialisée du salaire

P.5 : Face à l’insécurité sociale, il faut plus de sécurité sociale

P.6 : La réforme territoriale doit sortir de la clandestinité

P.7 : La Cgt confirmée comme première organisation syndicale dans la Fonction Publique à l’issue des élections professionnelles du 4 décembre 2014

P.8 : Echo de la presse / Bulletin adhésion

Les enjeux des élections professionnelles de décembre 2014

Votons CGT

Votons CGT

La Fonction Publique et ses agents sont au cœur d’enjeux fondamentaux en termes de satisfaction des besoins sociaux et en tant que leviers émancipateurs pour l’ensemble des travailleurs, dans l’emploi ou hors de l’emploi. Jamais peut-être, une politique ne les a si sévèrement frappés qu’aujourd’hui.

La réforme des collectivités territoriales, la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP) et son avatar social libéral la MAP (Modernisation de l’Action Publique), les suppressions massives de postes et d’emplois, la baisse des dépenses publiques, une fiscalité toujours plus inique et inefficace, constituent les principaux vecteurs d’un double mouvement consistant à réduire l’intervention publique et à la mettre au service d’intérêts particuliers.

La baisse continue et aggravée des salaires directs et socialisés, notamment par le biais des exonérations de cotisations sociales, la déstructuration du statut général, le recours démesuré et éhonté aux non-titulaires et aux précaires, la non reconnaissance des qualifications sont les axes essentiels par lesquels la neutralité et l’impartialité des agents publics -garanties fondamentales pour le citoyen- sont remises en cause.

C’est un pan essentiel du pacte républicain issu du programme du Conseil National de la Résistance qui est mis en danger à travers l’attaque portée contre la fonction publique, comme outil démocratique de réponse aux besoins des usagers, échappant à la logique marchande.

Ces attaques violentes ne répondent pas seulement à la volonté de réduire la « dépense publique » mais surtout aux exigences patronales consistant à privatiser des missions fondamentales de l’État afin qu’elles répondent aux intérêts particuliers des actionnaires propriétaires lucratifs des lieux de travail.

Dans ce cadre, le statut général de la Fonction publique constitue un obstacle inacceptable pour le patronat mais un levier émancipateur révolutionnaire pour les travailleurs permettant de construire un nouveau statut du travailleur salarié dont la qualification serait attachée à la personne et non à l’emploi.

Des Élections dans la Fonction publique… Pour quoi faire ?

Le 4 décembre 2014, tous les agents titulaires et non titulaires sont appelés à participer aux premières élections professionnelles de la Fonction Publique.

La participation aux élections pour le vote CGT c’est :

  • Mettre au cœur des instances les revendications, au premier chef desquelles des moyens humains à la hauteur des besoins des populations notamment par un vaste plan de titularisation assis sur la création de postes statutaires.
  • Faire des instances des lieux d’expression des luttes pour toutes les questions qui touchent aux missions, à l’organisation des services, aux conditions de travail et à la défense et l’amélioration du statut général des fonctionnaires et des statuts particuliers entourés de garanties collectives et individuelles.
  • Des droits syndicaux pour les agents et les militants de la CGT pour mener l’action revendicative au quotidien.

Rentrée scolaire à ryhtme effréné

cocotte1

Alors que les atermoiements de ministres ont contraint Valls à former un nouveau gouvernement qui lui soit fidèle et qui respecte la ligne libérale de sa politique, si chère au patronat, le monde éducatif fait sa rentrée. L’arrivée de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Education Nationale est-elle vraiment annonciatrice de changement ? Les promesses de créations de postes (60 000 d’ici 2017) ne verront très certainement pas le jour. En Loir et Cher, des établissements ont encore vu leurs moyens réduits pour cette rentrée 2014 et, de fait, des classes avec des effectifs de plus en plus élevés. Dans certains collèges, on voit des 6e à 28 élèves, des niveaux 5e, 4e, 3e atteindre 29 à 30 élèves. Idem dans certaines classes de primaire, quand ce n’est pas plus. Classes surchargées qui vont de pair avec l’augmentation du temps de travail puisque les heures supplémentaires sont toujours pléthores dans notre académie (frôlant les 10% de la dotation horaire). La non attractivité du métier d’enseignant induite par la réforme du concours et le gel des salaires a pour conséquence une baisse très nette du recrutement. Cumulée à des démissions, des personnels qui ne se présentent pas, les postes vacants sont encore trop nombreux à la rentrée. On peut citer comme exemple un poste de maths et 1,5 poste de mécanique auto au lycée professionnel Ampère à Vendôme, un poste de lettre-espagnol au lycée hôtelier à Blois, des postes d’administratifs. Le rectorat renvoie alors vers Pôle Emploi pour recruter des contractuels augmentant toujours plus la précarité dans le Service Public d’éducation.

La réforme des rythmes scolaires dans le 1er degré est généralisée à l’ensemble des écoles publiques (les écoles privées étant exemptées) souvent contre l’avis des personnels, des familles et des maires. Cette réforme, qui met à mal l’égalité de traitement des élèves sur le territoire, se fait à tout prix, y compris sous la menace de faire intervenir le préfet en cas de refus d’obtempérer. Des mobilisations s’organisent, comme à Cellettes pour dénoncer cette nouvelle organisation mais de l’avis de la hiérarchie académique, tout va bien.

Outre des conditions d’apprentissage dégradées et inégalitaires pour les enfants, qui vont à l’encontre de la réussite de toutes et tous, ce sont bien les conditions de travail de l’ensemble des catégories de personnels (enseignants, vie scolaire, administratifs, personnels de santé, etc.) qui se détériorent à grand pas, impactant de fait leur santé au travail !

Le vote CGT aux élections professionnelles c’est lutter pour :

  • La création de postes statutaires en nombre suffisant pour répondre à l’ensemble des besoins de la communauté éducative (classes avec des effectifs réduits, fin de la précarité chez les personnels, disciplines et options garanties avec les horaires prévus par les textes, fin des heures supplémentaires mais hausse des salaires),
  • Une réelle prévention et santé au travail avec la volonté de voir les CHSCT jouer leur véritable rôle d’alerte,
  • Une meilleure gestion des personnels (mutations, formation, promotions).

Petite analyse sur les élections professionnelles

Des élections professionnelles ont eu lieu dans plusieurs entreprises où l’on peut se féliciter que la CGT obtienne de très bons scores comme à Acial ou à Tradibudget entre autres, où les listes complètes C.G.T sont élues.
Ce résultat est le fruit d’un travail de terrain auprès des salariés pour élaborer des revendications communes sur les questions du travail, des salaires, de la sécurité sociale et construire la riposte pour combattre les attaques indécentes du patronat, du gouvernement relayées par certains syndicats complaisants.
Dans une période où le gouvernement, sous la pression du MEDEF, entend supprimer la démocratie sociale, le pouvoir d’intervention et de représentation des salariés dans les entreprises, par la suppression des seuils pour le déclenchement des élections des Délégués du Personnel et des membres des Comités d’Entreprises, il est absolument indispensable que des salariés agissent pour défendre cet acquis issus de décennies de luttes. Cela passe d’abord par la constitution de listes CGT sur tous les lieux du travail et l’exercice de leur droit de vote de tous les salariés.
Se doter partout d’élus résolument déterminés à défendre les intérêts des salariés, nécessite de placer la CGT en tête de ces élections qui déterminent la représentativité syndicale au plan national depuis la loi de 2008, que ce soit pour les élections professionnelles du public comme celles du privé.

ELECTIONS MUTUALITE SOCIALE AGRICOLE

Pour une gestion démocratique et une protection sociale de haut niveau.

Du 12 au 27 janvier 2015, plus de 1 200 000 salariés actifs, retraités et allocataires, au plan national, 23 630 salariés actifs et 79 631 retraités pour notre caisse Berry-Touraine (Loir & Cher, Indre et Loire, Indre) percevant ou ayant droit au régime de protection sociale de la Mutualité Sociale Agricole seront appelés à élire pour 5 ans leurs délégués cantonaux qui composeront les Assemblées Générales des caisses de la MSA et éliront, ensuite, les administrateurs.
En Loir & Cher, ce sont 90 délégués dans 30 cantons que les électeurs vont désigner.
La MSA est le seul régime de protection sociale où subsiste cet acquis démocratique de représentativité des salariés.
Dans cette période, où les attaques patronales et gouvernementales s’accentuent sur les salaires et les conditions de travail, sur les retraites, les frais de santé, sur l’accès aux soins, les hôpitaux publics, etc. ces élections représentent un enjeu majeur pour les assurés sociaux relevant de ce régime.
Les valeurs fondamentales de la sécurité sociale, bafouées par les gouvernements successifs et le patronat, doivent redevenir le fil rouge de notre système de protection sociale : la solidarité de tous les salariés, l’universalité, c’est-à-dire la prise en charge de tous les risques, la gestion démocratique par les salariés de ce qui constitue la part socialisée de leur salaire.
A l’occasion de ces élections, les salariés du secteur agricole pourront exprimer leurs besoins et exigences revendicatives en matière de protection sociale et de son financement.
La CGT revendique une réelle démocratie et le retour à un service de proximité pour répondre aux besoins des assurés sociaux et de fait :
l’extension des missions de service public de la MSA à l’ensemble des champs de la protection sociale et exclure toutes dérogations,
l’amélioration du guichet unique, du régime de protection agricole et des valeurs mutualistes,
une meilleure reconnaissance et indemnisation des maladies professionnelles,
la mise en place d’élections proportionnelles départementales des administrateurs des caisses et la parité au sein des diverses instances (CA, Bureau, etc.) entre salariés et exploitants,
l’alternance des responsabilités sur la base de la représentativité des organisations syndicales et de leurs résultats,
la formation des administrateurs et le renforcement de leurs moyens,
l’arrêt immédiat des suppressions de postes, l’embauche, l’investissement dans la formation et de meilleures rémunérations,
la sortie d’une gestion purement comptable au détriment des assurés,
La Cgt s’est opposée à la fusion entre le département de l’Indre et Loire et le nôtre, puis à celle avec l’Indre. Il faut revenir à la présence de caisses départementales, disposant de l’ensemble des prérogatives nécessaires pour répondre aux besoins croissants. Cela nécessite de mettre un terme au plan de casse de la MSA.
La CGT revendique une protection sociale de haut niveau. Elle passe par une politique répondant aux besoins sociaux en termes de famille, de maladie, d’accidents du travail, de retraite… Nous devons œuvrer à pérenniser son financement. Un financement durable passe par de meilleurs salaires (SMIC porté à 1850€), la lutte contre la précarité et le développement des emplois stables (CDI), l’arrêt des exonérations de cotisations, la mise à contribution plus importante des industries agroalimentaires et phytosanitaires – du Crédit Agricole – de Groupama – des assurances – qui réalisent des profits colossaux et l’intégration des revenus des groupes financiers dans l’assiette des cotisations.

La CGT revendique l’amélioration de toutes les prestations :

  • retraite à taux plein à 50 ans pour les travailleurs ayant exercés des travaux pénibles et à 55 ans pour tous,
  • amélioration des niveaux des pensions de 400€ immédiatement,
  • développement d’une politique familiale solidaire,
  • droit à l’accès aux soins gratuits pour tous et prise en charge de la perte d’autonomie.

Les moyens existent pour répondre à nos revendications.
Tous les salariés, tous les retraités ressortissants du régime agricole sont concernés par le choix de gestion de la MSA. En votant pour les candidats CGT, c’est l’occasion d’exprimer avec force vos exigences d’une véritable politique de santé, de protection sociale répondant à vos besoins. Etre candidat et voter pour les listes CGT, c’est agir pour défendre et renforcer notre système de protection sociale.